Ce n’est pas parce que l’inconnu est sombre que tu ne peux pas y apporter de ta lumière.

Ce n’est pas parce que l’inconnu est sombre que tu ne peux pas y apporter de ta lumière.

Laissez moi vous raconter une histoire. Un jour, j’ai suivi un film. Rien de bien désagréable, juste l’histoire d’une abeille appelée Akeelah. C’est une jeune fille à l’adolescence un peu difficile, marquée par la mort tragique de son père et par une mère sévère, acculée par son boulot stressant et prenant d’infirmière. Akeelah est douée pour les lettres mais personne n’a jamais fait attention à sa lumière, derrière sa couche d’agressivité, et sa ghetto girl attitude. Un jour, sa classe a changé d’instituteur et blablabla jusqu’à ce que celui-ci l’oblige à participer au concours Epelle-moi.
 
Il avait vu l’étincelle, l’instit’. Et pourtant, Akeelah ne la voyait toujours pas. Elle ne faisait pas assez d’efforts. Elle n’y mettait pas son coeur. Là, intervient Nelson Mandela. Ou plutôt Marianne Williamson dont la citation me fit tiquer autant Akeelah, que moi.
 
Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,
Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toutes limites.
C’est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus.
Nous nous posons la question…
Qui suis-je, moi, pour être brillant,
radieux, talentueux et merveilleux ?
En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?
 
C’est aussi par cette citation que j’ai terminé mon talk au @TedxYouthGanhito : Africa needs Inspiration.
 
Quand j’étais en 2eme année d’université, j’ai arrêté de m’exprimer en classe. L’année qui avait précédée, j’ai eu beaucoup d’ennuis à m’intégrer. Ce qui gênait, au-delà de mes défauts, c’était le fait que je levais souvent le doigt en classe. Poser des questions, y répondre, aider mes camarades qui demandent de l’aide, partager mes notes, participer en classe : bref…tout ce qui dans mon lycée était normal.  » Tu veux jouer à la fille intelligente, tu te crois au dessus de nous ? « . Et autres remarques désagréables qui m’ont lentement poussée à m’éteindre, à ne pas réagir, pour ne pas gêner les autres. Lol. J’ai fait une dépression en un rien de temps et perdu près de 10kg.
🤣
Je revois encore mes photos de l’époque et j’ai presque envie de pleurer. Encore. Pendant cette période, je suis restée à l’écart de tous mes camardes. Ils sont venus me voir nombreux, en me demandant « Mais pourquoi tu ne réagis plus en classe ? C’est grâce à toi que le professeur expliquait encore mieux et on comprenait plus.  »  » MMA, mais pourquoi tu es tout le temps triste  » ? Je ne les comprenais pas. Je me demandais si ce n’était pas cela qu’ils attendaient de moi. Que je fasse semblant de ne pas exister…
C’est dans cette période que j’ai regardé ce film et entendu cette citation. C’est cette citation qui m’a sortie de là, de cette vie à ne pas accepter d’être qui je suis, même si les autres n’aiment pas. Mon authenticité était une faiblesse. J’en ai fait une force. Je ne donne plus aux autres le pouvoir de décider de qui je suis, les laissant modeler mon être au gré de leurs propres peurs et de leurs préjugés. 

 Mdrr j’adore cette chanson. Je l’écoutais en écrivant ces mots. 🤣
 

Pourquoi je raconte tout ceci aujourd’hui ?

 
Parce que nous sommes trop nombreux à essayer de cacher notre lumière pour faire plaisir aux autres. Parce que nous laissons toujours les autres nous dicter qui nous sommes. Parce que nous laissons les autres nous empêcher d’être heureux. Ce n’est pas le soleil qui éclaire l’humanité, c’est la lumière que chaque humain porte en lui.
 
Avec Irawo, j’essaie aussi de montrer la lumière dans chaque jeune Africain talentueux. Ce media est beaucoup plus qu’une idée ex-nihilo. Il y a Ace Bluemental qui me trouble l’esprit avec ses questions et me fait revivre toute cette époque. J’ai beaucoup de passion à interviewer et à produire du contenu sur chaque initiative extraordinaire parce que j’ai d’abord trouvé en moi cette lumière. Tant que tu ne sais pas qui tu es, tu ne peux pas connaitre les autres. Je détestais sortir de chez moi. Hier, j’ai fait 28km dont 10 à Zem pour interviewer une jeune dame à Dangbo. Avec Irawo Tv, on a fait plus de 1000 km à aller dans les villes du Bénin. Je ne savais pas aborder les autres. Ça me mettait dans un inconfort terrible. J’ai appris à écrire aux gens, à les traquer presque, à programmer des rendez-vous et à les rencontrer. Je rigole toujours de mon dernier meet-up avec les lecteurs de Founmi. J’avais un de ces tracs d’être entourée par tant de personnes. 
Tournage depuis mon téléphone, dans les locaux d’Etrilabs. Coming soon. Credits : Tyck
 
Je sais que beaucoup ont peur de prendre des risques et d’oser. On n’a pas peur de l’inconnu juste parce que des choses négatives peuvent arriver. On en a aussi peur parce qu’il peut nous surprendre agréablement. L’inconnu peut détruire nos certitudes un peu négatives qui parfois nous confortent. C’est du gâchis de lumière. Et de rêves. Parce que les rêves vont à la poubelle ou dans d’autres coeurs assez audacieux pour les réaliser. Vous ne pouvez pas jouer qui vous n’êtes pas, toute la vie. Vous ne pouvez pas passer toute votre vie dans la peau des autres. Bougez vous les fesses et réalisez qui vous êtes. Nietzsche a dit : Deviens ce que tu es. On est d’accord. Il a tout dit. Déjà.
Tu dois devenir l’homme que tu es . Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es , sois le maître et le sculpteur de toi-même- Friedrich Nietzsche
 
Qui es-tu pour ne pas être ? Sois pour toi-meme ce que l’instit’ a été pour Akeelah. Bouge-toi de là. Et allume toi.
 
 

Vous en pensez quoi ?

%d blogueurs aiment cette page :