07 Façons Inspirantes d’Utiliser Internet Pour Réaliser Vos Rêves

07 Façons Inspirantes d’Utiliser Internet Pour Réaliser Vos Rêves

Internet est l’une des plus grandes inventions de l’histoire de l’humanité. En tant qu’outil de connaissance, de démocratie et de développement, il offre une pléthore d’opportunités. On peut faire tellement de choses avec. Pourvu qu’on trouve la bonne manière…

J’ai rassemblé ici 07 histoires de jeunes Africains, qui avaient un rêve, un projet ou une idée et qui l’ont realisé grâce à Internet. Puisse cet article vous inspirer. Amen.


1- Utiliser internet pour créer des startups à fort potentiel économique et impacter des millions de personnes dans le monde

Ulrich Sossou a créé et géré sa première entreprise, Takitiz, dans un cybercafé. Il aidait le propriétaire du cybercafé à réparer ses ordinateurs afin de gratter quelques heures de connexion. Il s’est formé grâce à internet. Aujourd’hui, les médias le surnomment “ Steve Jobs Béninois”. Mais il vous dira qu’ils n’ont pas grand chose en commun. Aujourd’hui, Ulrich Sossou révolutionne le marketing avec Botamp qui remplace l’email par la messagerie pour aider les entreprises à mieux toucher leurs cibles. En gros, Botamp vous aide à vendre sur Facebook.

“ Mon premier client était une entreprise française qui vend des trampolines. J’ai construit un site Web qui les a classé à la première place pour les keywords ou termes liés au mot trampoline sur Google “

2- Créer un marché à partir des réseaux sociaux et s’en servir pour faire connaître sa marque et vendre ses produits

Nanawax utilise Snapchat, Facebook et WhatsApp pour faire des ventes flash dans le monde entier. Rien de surprenant quand on sait que Nanawax est né d’un groupe Facebook où Maureen Ayité la fondatrice partageait ses coups de coeurs wax, ses tenues personnelles. Envahie par les demandes, elle vend quelques modèles aux abonnées du groupe. Et là, c’est parti en cacahuètes !

Aujourd’hui, Nanawax c’est 05 boutiques dans cinq grandes villes africaines :  Abidjan, Brazzaville, Cotonou, Dakar et Kinshasa. C’est la marque africaine de pret-à-porter que vous reconnaitrez parmi mille. En maillots, en robes, en t-shirts, chemises, chaussons, baskets, peluches, paréo et en accessoires : Nanawax colonise les placards de millions de clients et clientes dans le monde. Oui, c’est un succès venu d’Afrique. D’une jeune étudiante Béninoise de 19 ans qui déprimait dans Paris.

“ Je ne connaissais que Facebook et je trouvais Instagram tellement débile. Un jour, j’ai décidé d’y poster deux photos et c’était parti.  Aujourd’hui, j’ai plus d’impact et de clients par Instagram que par Facebook. Je n’aurais jamais cru qu’un jour des célébrités m’écriraient par snapchat, instagram ou Facebook. J’ai connu Snapchat, il y a à peine un an. C’est même grâce à Snapchat que j’ai connu Youssoupha, un de mes rappeurs préférés. “

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3- Montrer l’Afrique à travers les réseaux sociaux et partager sa passion pour la photographie

Vous voulez qu’on parle de Yanick Folly ? Photographe, 29 ans,  qui travaille pour l’Agence France-Presse, dont les photos sont régulièrement publiées dans les magazines, journaux du monde. Yanick fait le tour des villages de l’Afrique de l’ouest ( Nigeria, Togo, Bénin, Côte d’Ivoire, etc),  inspiré par leur beauté. Il prend de merveilleuses photos d’enfants, des instants de vie, réalise des reportages sur le le travail des femmes, le travail de la terre et notre culture qui se perd.

Yanick raconte le Bénin que nous ne voyons pas toujours. Il fait des expositions dans les villages qu’il visite. La dernière fois, grâce à son appel sur les réseaux sociaux, l’école primaire publique d’ITA -MINRIN a enfin un matériel didactique digne de ce nom. Yanick Folly a remporté le 10 novembre dernier le deuxième prix de photographie de la Banque Africaine de développement. Comment tout ça a commencé ? Il poste régulièrement ses photos sur Facebook, Instagram.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4- Utiliser les réseaux sociaux pour promouvoir son talent et se faire connaître

Oublions les Irawos un instant, et parlons de la tornade Ky. Qui ? Ky. Laetitia Ky.

L’artiste ivoirienne de 21 ans est la nouvelle coqueluche des réseaux sociaux et des médias mondiaux. Le Huffington Post, Tean Vogue, Paris Match, BuzzFeed, BoredPanda, 9gag et j’en passe. Tout le monde est émerveillé par les incroyables créations capillaires ( des sculptures s’il vous plait ), qu’elle réussit à faire juste à partir de ses doigts, de fil, d’épingle et de laine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Depuis sa chambre, à Abidjan, Laetitia se photographie elle-même et poste ses créations sur les réseaux sociaux. Elle a commencé cette aventure en Mai 2017. She went viral, comme disent les anglais.

Laetitia collabore déjà avec des artistes et des marques célèbres. Tiwa Savage la trouve “Dope”. Di’Ja a déjà 🌚 fait un photoshoot en KYbraids. Le 17 juin dernier, toujours à Abidjan, Laetitia a fait sa première exposition au Bushman Café. Dans une interview qu’elle a accordé à CultureTrip, elle dit ceci :

Les réseaux sociaux sont pour moi les meilleurs moyens de communication et d’expression quand tu veux faire connaitre ton travail au maximum de personnes possible, surtout quand tu n’as pas d’argent pour payer les massmedia traditionnels. Même les grandes compagnies avec de grands budgets utilisent les réseaux sociaux. Avec les réseaux sociaux, les connections sont fait plus facilement et les partages vous font atteindre les gens où qu’ils soient dans le monde. La preuve, je viens de Côte d’Ivoire. Je n’ai pas beaucoup voyagé mais j’ai des folllowers partout.

05- Partager sa passion pour la réalisation à travers de courtes vidéos

Wil Aime, ©️ Terence Bikoumou

Wil Aime est une inspiration. Un génie, s’il vous plait. Pas seulement en raison de son talent mais parce qu’il utilise les réseaux sociaux comme personne. Les Inrocks l’appellent  » Le roi de Facebook « . Parti de l’application Vine où il partageait comme beaucoup d’autres de petits sketchs de 6 secondes, Wil Aime cristallise aujourd’hui l’attention du monde entier sur Facebook avec ses mini-métrages. Tout est dans les détails…

 » [Vine] C’était simple, efficace, court. Une punchline suffisait. C’était amusant et il y avait peu de monde dessus. C’était une petite communauté très cool. »

La première vidéo de Wil Aime sur Facebook

“*Je trouve ça [ Facebook ] plus sympa…

Facebook est assez viral. C’est un peu mieux géré le principe du partage. Quand on arrive sur Youtube, on est  catonné Youtubeur et ce n’est vraiment pas mon truc Youtube

…et puis je vais jamais sur Youtube, sauf pour écouter de la musique. Je suis passé totalement à coté du phénomène des Youtubers“,

Wil Aime a créé sa page Facebook en Octobre 2014. Il a publié une quarantaine de vidéo et est suivi par 3 millions de personnes dans le monde, avec 400 millions de vues et en moyenne. Chaque fois qu’il annonce sa prochaine vidéo, le monde s’arrête quelques instants avant de se ruer sur compte Facebook et vérifier si « elle est déjà là ». Sa dernière vidéo a été tournée avec 1 drone, 2 iPhones et 3 comédiens. Savez-vous que Wil Aime monétise ses vidéos grâce au sponsoring ? Dans une interview accordée à l’émission Le Tube sur Canal+, Wil Aime explique comment il rentabilise son incroyable audience.

« Des marques qui veulent avoir un peu de visibilité donc ils me demandent de mettre leur marque en valeur dans une vidéo. Je le fais assez subtilement »

La dernière vidéo de Wil Aime sur Facebook

La télévision, ce n’est pas quelque chose qui m’attire. Je pense un peu comme tous les jeunes de mon âge et je regarde pas trop la télévision. Le cinéma m’intéresse un peu plus mais après je pense à des plates-formes alternatives comme Netflix. En tout cas, la liberté du net me plaît. Wil Aime

06- Apprendre à cuisiner sur internet, créer un blog et en faire une entreprise culinaire

Life goal, me direz-vous. Eh bien, c’est l’histoire de Karelle Vignon-Vullierme, 29 ans, journaliste et Food Addict. Surnommée pendant longtemps « Miss Omelette », Karelle apprend à cuisiner sur internet et décide de partager ses recettes à ses amis, d’abord par mail puis grâce à un blog. La méthode est simple : chaque lundi, une recette sur LGK. Aujourd’hui, Les Gourmandises de Karelle c’est 100 000 lectures par mois, plus de 50 000 followers sur les réseaux sociaux, le prix Orange de l’entreprenariat numérique féminin et une blogueuse qui vit de son activité grâce au trafic généré par la publicité et les partenariats noués avec des marques. « C’est grâce aux réseaux sociaux qu’aujourd’hui je suis qui je suis  » dit-elle au journal Le Monde

Lorsque je préparais mes plats, je prenais des photos que je postais sur les réseaux sociaux. Beaucoup de mes ami(e)s me demandaient les recettes donc je leur envoyais par email. Plus le temps passait, plus je recevais des demandes. Je me suis dis que le plus simple (et surtout le plus pratique pour moi) était de créer une plateforme sur le web, accessible partout et par tous. Internet n’a pas de limite. Mes contacts au Canada peuvent voir le même contenu que mes contacts au Sénégal, au Bénin et/ou en France, par exemple. En décembre 2013, j’ai donc acheté le nom de domaine www.lesgourmandisesdekarelle.com et c’est à partir de là que l’aventure a commencé.

 07- Partager ses histoires et avoir des milliers de lecteurs dans le monde

« Le fait d’avoir échoué à plusieurs concours d’écriture m’a fait comprendre que ceux qui doivent me motiver ce n’est pas un jury d’auteurs persuadés de savoir ce qu’il faut écrire ou pas « , disais-je à mon éditeur avant de lui annoncer que je comptais publier mes oeuvres sur internet.

J’ai échoué à tellement de concours d’écriture. Je ne les compte même plus : Prix du jeune écrivain francophone, prix de ceci, prix de cela, prix manuscrit, prix plume. A un moment donné, j’étais convaincue que je ne réussirai jamais à lancer ma carrière d’écrivain puisque j’échouais à tous ces concours.

©️ Irawo

J’ai alors créé Founmi, mon recueil de nouvelles en ligne où j’ai publié 09 histoires, qui ont été lues plus de 30 000 fois dans le monde entier. J’utilise les réseaux sociaux pour les partager et recueillir les impressions de mes lecteurs; afin de m’améliorer et de devenir un bon écrivain.

Ma plus grande fierté avec Founmi, reste cependant l’histoire de cette petite fille de 08 ans sur le point d’être excisée, dont j’ai écrit le récit ( narré par Yanick ) et attiré l’attention sur la gravité et l’éminence de la cérémonie. Grâce à la mobilisation sur les réseaux sociaux, les autorités compétentes ont pu la sauver.

Je continue d’utiliser internet pour apprendre, m’instruire et travailler. Il y a quelques jours, j’ai donné un conseil à ma sœur qui cherchait à savoir comment mieux l’utiliser  J’ai essayé de résumer ce que je pensais en une phrase.

  • Dis-toi que chaque fois que tu vas sur internet et que tu n’apprends rien de nouveau, tu as gaspillé ton forfait.

Hier, j’ai (encore) tenu un débat serré de 2h avec quelqu’un sur l’utilité d’internet et des réseaux sociaux. Je vois internet comme un caméléon qui prend la forme que son utilisateur lui donne. Internet est ce que vous faites d’internet. Il y a 1001 manières d’en faire un outil puissant pour votre talent, vos idées et vos projets.

Voilà, c’est tout. 🙂 J’espère que cet article vous a été utile. Partagez-le à quelqu’un que ça pourrait intéresser et si vous voulez apprendre à utiliser internet pour booster vos projets, inscrivez-vous ici.

4 Replies to “07 Façons Inspirantes d’Utiliser Internet Pour Réaliser Vos Rêves”

Vous en pensez quoi ?

%d blogueurs aiment cette page :